ASINERIE DE LA BAIE

Un conservatoire de race ancienne :

Le Baudet du Poitou

 

@ mail

 

 

 

Le Baudet du Poitou...

Boop et Philomène

- L'origine de la race

- Le standard du Baudet du Poitou

- La sauvegarde du Baudet du Poitou

- L'effectif de la race

 

 

 

 


 

L'ORIGINE DE LA RACE :

Au risque de déplaire aux puristes...

En 1846, O. DELAFOND Professeur à l'Ecole Vétérinaire de Maison Alfort écrivait dans l'Encyclopédie des connaissances utiles... page 2306

" On admet généralement avec Buffon que l'âne, après avoir passé de l'Arabie en Egypte, est arrivé en Perse, en Grèce, en Espagne, en Italie, en France, et ensuite en Allemagne, en Angleterre, et en Suède. Les Espagnols les ont transportés en Amérique, où il était inconnu, aussi bien que le cheval. Les ânes d'Arcadie étaient célèbres dans l'ancienne Grèce; l'Italie et l'Espagne en élèvent de magnifiques; ils sont d'autant plus petits que les climats sont plus froids.

Introductions de l'âne en France. - Les auteurs s'accordent généralement à dire que les ânes, petits ou grands, à poils gris varié, ras et à bande dorsale, que l'on trouve dans toutes les provinces de France, ont été importés de l'Italie. Mais c'est de l'Espagne que nous est venue la belle race d'ânes du Poitou, importée elle même de l'Afrique par les Maures, qui ont possédé si longtemps la partie méridionale de la péninsule hispanique. Ces baudets introduits en Espagne, et dont la race est encore assez bien conservée aujourd'hui, ont les poils noirs, longs, frisés, et la bande cruciale sur les épaules, leur corps est ample, fourni, leur taille haute; leurs membres sont très-nerveux et leurs sabots d'une grande dureté.

L'exportation de ces ânes était sévèrement défendue en Espagne, et ce fut qu'au 16° siècle qu'un prince français, Philippe V, était monté sur le trône d'Espagne, leva la prohibition en faveur de la France. Un certain nombre de ces animaux fut donc, à cette époque, introduit chez nous et conduit en Poitou. C'est de cette importation que sont issus les ânes du Poitou, magnifique race qui est conservée avec le plus grand soin pour l'industrie mulassière, sujet d'un commerce considérable. Nous sommes donc naturellement amenés à traiter ici du Baudet comme animal reproducteur donnant le mulet.

D'après M. Pressat, auteur d'un très intéressant article sur l'âne et le mulet, on ne connaît dans le commerce du Poitou que deux races ; Les gros Baudets ou âne du Poitou, et les grands Baudets ou âne de Gascogne..."

Retour haut de page.


 

LA SAUVEGARDE DU BAUDET DU POITOU

Vieille carte postaleL'âne du Poitou (ânesse et baudet) est le plus ancien des ânes. Il ne peut être confondu avec l'âne commun... "Il constitue une aristocratie dans l'espèce, une caste privilégiée fort peu nombreuse faisant l'objet d'un élevage particulièrement surveillé et d'un commerce fructueux" (Léon SAUSSEAU, 1925).
Il est sans doute l'élément principal de la qualité de la production mulassière poitevine et améliore de même la production des juments des autres races. De ce fait, le Baudet du Poitou est depuis sélectionné pour la production de mules.

Vieille carte postaleLa "grande espèce" Asine du Poitou est en effet une réalisation millénaire de l'agriculture et de l'élevage du sud de cette province : union d'une très grande masse avec une grande finesse de tissus, comme le prouve la ténuité du long poil soyeux de sa robe, ce à quoi on a toujours attaché un grand intérêt (baudets bourailloux ou guenilloux).

Pour des raisons différentes les deux espèces du genre Equus, les chevaux et les ânes, ont été utilisées par l'homme. L'âne a été domestiqué avant le cheval. L'âne servait aux paysans et aux marchands. Le cheval, d'abord chassé pour sa viande, devint la monture des guerriers avant d'être sélectionné en races aptes à tous les usages.
L'idée est venue de croiser ces deux espèces pour obtenir des animaux hybrides qui combineraient les qualités bien différentes de l'âne et du cheval. Ce croisement entre les deux races est possible de deux façons :
- soit entre le cheval (étalon) et une ânesse, ce qui donne le bardot ou la bardine ;
- soit entre un âne (baudet) et une jument pour obtenir une mule ou un mulet.
C'est le croisement baudet + jument qui a été préféré de tous temps. L'hybride obtenu de sexe mâle est le mulet, celui de sexe femelle, la mule. Sauf cas exceptionnels, mules et mulets sont stériles et ne peuvent donc se perpétuer.

Vieille carte postaleLes difficultés rencontrées par les éleveurs pour obtenir par ce croisement peu naturel des mules et des mulets les ont conduits à sélectionner les ânes et les juments les plus aptes à cette production.
"Toute jument n'est pas mulassière, c'est une race particulière au Poitou, spécialement propre à cette production... pour qu'une jument produise des mules; il lui faut des dispositions occultes et inconnues..." d'Availles, 1864) La jument mulassière est issue du croisement des chevaux poitevins (aujourd'hui disparus) et des chevaux Brabançons venus de Hollande et de Belgique pour assainir le Marais Poitevin. C'est ainsi que les mules engendrées par l'accouplement du Baudet du Poitou et d'une jument qualifiée de "mulassière" furent pendant très longtemps les plus appréciées de France et sans doute d'Europe et du monde entier. Eugène AYRAULT, vétérinaire à Niort, estimait en 1867 à plus de 18 000 le nombre de mules et de mulets mis en vente chaque année dans le Poitou.

Un siècle plus tard, l'évolution des techniques et les transformations du monde agricole rangeaient la production mulassière dans les pratiques dépassées. Le Baudet du Poitou restait à l'esprit comme l'image même de l'ancien temps. Ses mérites furent oubliés. La race elle-même manqua de disparaître à jamais, faute d'effectifs.
Pourtant des efforts sont faits pour préserver et améliorer la production mulassière. En 1884 est mis en place le stud-book ( livre généalogique) répertoriant les animaux selon des caractéristiques spécifiques : le baudet du Poitou doit avoir une grosse tête, les oreilles longues garnies de poils longs. Sa robe est bai brun avec de longs poils frisés et soyeux. Il doit avoir des membres puissants, les pieds larges et ouverts, recouverts de poils, une taille de 1,40 à 1,50 m au garrot pour les mâles, et 1,35 à 1,45 m pour les femelles.
Aux centaines d'ânes du Poitou du siècle dernier, ne succédaient plus en 1975, qu'une poignée d'animaux maintenus par la vigilance de quelques éleveurs encouragés par l'Administration des Haras Nationaux qui les aident encore aujourd'hui à organiser des concours mulassiers.
Aussi, était-il urgent d'entreprendre une opération de sauvegarde de la race Asine du Poitou.
- en 1977, une enquête réalisée par Annick AUDIOT, élève-ingénieur, indiquait clairement la disparition probable de la race des baudets du Poitou avant la fin de ce siècle par manque de reproduction du cheptel existant et surtout par indifférence générale.
- en 1978, il reste environ 60 baudets du Poitou en France. Le constat de la disparition de nombreuses races domestiques et la perte de la diversité biologique est générale, d'où la nécessité‚ d'une conservation du patrimoine génétique.
Vieille gravure- en 1979, eut lieu une réunion décisive au siège des Haras Nationaux à Paris regroupant tous ceux que la disparition annoncée du Baudet du Poitou ne laissait pas indifférents. Des décisions importantes concernant l'opération de sauvegarde furent prises :
- effectuer un recensement de tous les spécimens d'ânes du Poitou.
- créer un livre A (Stud-book) pour recenser les sujets de race pure et un livre B pour connaître les sujets croisés (ceux ayant un parent de la race asine du Poitou et l'autre de la race commune car le caractère Poitevin domine et peut porter à confusion)
- prévoir la création d'une asinerie expérimentale aux fins d'amélioration génétique, de perfectionnement des techniques d'élevage, de recueil des traditions et d'information du public. Puis importation de 18 ânesses Portugaises. Elles serviront de base à la création du Livre B.
Logo Sabaud- en 1980, création de l' Asinerie nationale expérimentale du Baudet du Poitou à la Tillauderie sur la commune de DAMPIERRE sur BOUTONNE (17) par les Haras Nationaux et le Parc Naturel Régional du Marais Poitevin, les Conseils Généraux de Charente Maritime et des Deux-sèvres pour lutter contre la consanguinité.
- en 1988, création de l' Association pour la Sauvegarde du Baudet du Poitou (la SABAUD) à l'initiative du docteur vétérinaire Jacques Fouchier, ancien ministre de l'Agriculture et ancien parlementaire des Deux-Sèvres.

Retour haut de page.


Aujourd'hui l'effectif de la race est le suivant :

Catégories
Berceau de race
Reste de la France
Etranger
Total
Anesses Livre A
en construction
en construction
en construction
en construction
en construction
en construction
en construction
Anesses Livre B
en construction
en construction
en construction
en construction
en construction
en construction
en construction
Baudet Livre A
en construction
en construction
en construction
en construction
en construction
en construction
en construction
Baudet Livre B
en construction
en construction
en construction
en construction
en construction
en construction
en construction
Baudet Livre A approuvé à la monte
en construction
en construction
en construction
en construction
en construction
en construction
en construction
Total des animaux
en construction
en construction
en construction
en construction
en construction
en construction
en construction
Total des reproducteurs utiles à la sauvegarde de la race
en construction
en construction
en construction
en construction
en construction
en construction
en construction


Retour haut de page.


 

Photo BdP
Tête grosse et longue
Oreilles longues et bien ouvertes, garnies de poils longs

 

Encolure forte
Garrot effacé
Dos droit et long
Rein bien attaché
Hanches peu saillantes
Croupe courte
Cuisse longue et musclée
Epaule droite
Sternum saillant
Côtes rondes
Membres puissants, articulations très larges
 
Pieds larges et ouverts, recouverts de poils

 

Pelage Pelage Pelage

Pelage Pelage Pelage

 

Robe bai brun, passant quelquefois au jaunâtre (dans ce cas, appelée fougère), avec le pourtour de la bouche, du nez, des yeux gris argenté bordé d'une auréole rougeâtre. La robe ne doit jamais être rubican (groupe de poils blancs disséminés dans la robe) ni porter de raie de mulet (bande noire longeant la ligne dorsale du garrot à la queue) ni porter le bande scapulaire ou de bande cruciale.
Dessous du ventre et intérieur des cuisses gris clair, sans aller au blanc lavé
L'ânesse est parfois moins chargée de poils, son bassin et sa croupe sont plus larges que chez le mâle

 

Univers du Bourg chez M. Ed-PEPIN
Taille moyenne du mâle : 1.45 m
Hermione du Bourg
Taille moyenne de la femelle : 1.40 m

 

 

Retour haut de page.